Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

En début d’année 2018, le conflit avait été rude dans l’administration pénitentiaire avec au centre des préoccupations les conditions de travail et de sécurité des agents, les effectifs et les rémunérations.

Le protocole d’accord, refusé par FO, n’a réglé aucun de ces problèmes et ceux-ci ressurgissent avec acuité. Ainsi, à la maison d’arrêt du Puy en Velay, le chef d’établissement a décidé de prôner par note de service le mode dégradé pour tous les agents, c'est-à-dire un nombre de personnels présents au dessous de l’effectif accordé par l’administration. Provocation supplémentaire, les représentants du personnel n’ont même pas été consultés, ce qui fait dire au syndicat local pénitentiaire FO que le directeur est « passé outre les consignes ministérielles ».

Cette décision est d’autant plus incompréhensible que le plupart des agents doivent quelques heures à l’administration et qu’il est toujours possible de demander aux agents présents d’effectuer des heures supplémentaires en cas d’absence ponctuelle d’un collègue.

« Ce mode dégradé maquille le manque de personnel au détriment de la sécurité des agents » rajoute le syndicat FO qui n’accepte pas la réduction systématique de l’effectif de nuit.

Dans quelques temps, les agents pénitentiaires vont recevoir de nouvelles missions avec la mise en place des Equipes Locales de Sécurité Pénitentiaire. Ils vont désormais accompagner les détenus à l’extérieur, dans les hôpitaux, les tribunaux… ce qui était jusqu’alors fait par la police et la gendarmerie.

« Bien sûr, ces nouvelles missions sont intéressantes et valorisantes » estiment les représentants FO, « mais en masquant le manque de personnel par le tour de passe-passe du mode dégradé, nous craignons que la mise en place de ces équipes se fasse sans apport de personnel, ce qui détériorera encore plus nos conditions de sécurité et de travail. »

Le responsable régional FO Rhône Alpes Auvergne a donc saisi l’administration régionale de ces dysfonctionnements. Quant aux agents FO de la Maison d’Arrêt, même s’ils n’ont pas le droit de grève, ils se feront un honneur d’être présents en force pour ceux qui le peuvent à la manifestation du 22 mai avec tous les fonctionnaires.

Tag(s) : #Service Public

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :