Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

37,2° le matin à la blanchisserie inter hospitalière : FO obtient des avancées

Mi-mai 2017, le Puy _ comme de nombreuses villes de France _ a connu un épisode caniculaire intense. Intense, le mot s’avère même trop faible pour décrire les conditions de travail insoutenables dans lesquelles les salariés de la blanchisserie des hôpitaux Emile Roux et Sainte-Marie se sont retrouvés à ce moment-là.

 

Avec des températures dépassant les 36 degrés, il n’y avait pas même une bouteille d’eau fraîche par personne ; et ce alors qu’il fallait assurer la manutention du linge (sale –propre) relève d’un travail de Titan et que l’hygiène des locaux est déplorable.

 

Voilà le constat catastrophique que les délégués FO du personnel et les membres FO du CHSCT ont fait le 18 mai 2017. Déjà, dans les anciens locaux, ils avaient dénoncé les mauvaises conditions de travail. Avec le déménagement, dans des bâtiments construits à cet effet, qui aurait pu s'attendre à ce que les conditions soient pires. Là, tous les voyants ont viré à l’écarlate ! Autrement dit, la direction de l'établissement a mis les salariés de la blanchisserie en danger comme jamais.

 

Mais alors à quoi servent depuis la canicule de 2003, toutes les mesures gouvernementales, préfectorales… pour : prévenir les salariés comme les citoyens en général des gestes à adopter en cas d’« épisode de GRANDE CHALEUR », obliger à des aménagements horaires pour les salariés les plus exposés à ce risque majeur… ? Cela ne serait-il donc que du vent, de la pure com’ ? A l’évidence, on ne peut que se poser la question.

 

Ainsi pour les syndicalistes hospitaliers Force Ouvrière, face à l’urgence de la situation, une seule solution s’imposait : une lettre revendicative (en date du 19 mai) avec des points très précis et non négociables quant à la réponse que les autorités devaient rapidement apporter !

Un seul mot d’ordre : du concret et du durable dans les aménagements de postes, de locaux… sinon, la grève immédiate !

 

Pour Force Ouvrière, les demandes étaient claires :

- la mise en place de l'heure d'été réclamée par tous

- la clim dans la salle de pause et en attendant installations

  de colonnes rafraîchissantes. 

- la mise en place d'un système d'aération qui fonctionne

- l'accès à ADP ( logiciel de paie)

- le remplacement des salariés absents

 

Preuve que la mobilisation et le rapport de force paie toujours : le directeur du CHG d’Emile Roux répondait positivement dans un mail (daté du 21 mai 2017) détaillé pour annoncer tous les changements INDISPENSABLES.

Parmi quelques uns des travaux d’aménagement demandés et actuellement en cours de réalisation, on peut retenir par exemple :

  • un renforcement de l’extraction mécanique pour rafraîchir l’air
  • le réglage et l’isolation de la calandre
  • l’installation d’une table à rouleaux (pour soulager les salariés chargés de la manutention du linge)
  • un quai de déchargement amélioré pour le transport du linge entre la blanchisserie et les centres hospitaliers
  • une climatisation mobile dans la salle de détente du personnel
  • des sacs pour le linge plus adaptés pour le remplissage et leur manutention par les agents
  • des horaires d’été appliqués dès le matin.

 

Le leitmotiv de Force Ouvrière, c’est de s’unir pour être fort, pour gagner et de rester mobilisés pour être sûrs que les directions des Hôpitaux Emile Roux et Sainte-Marie honorent bien leurs engagements. Parce qu’il est hors de question qu’en 2017, les « blanchisseurs » connaissent le même enfer que ceux de Zola au XIXème siècle ; et que pour éviter cela, il n’y a qu’un seul rempart efficace : se syndiquer, pour ne pas rester isolé !

Tag(s) : #Service Public, #santé, #action syndicale, #hygiène et sécurité, #hopital, #secteur public

Partager cet article

Repost 0