Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fusion des collèges de Craponne, La Chaise Dieu et Allègre : FO tire la sonnette d’alarme

Le mercredi 28 juin l’Union Départementale FO tenait une conférence de presse devant le collège de la Chaise Dieu afin d’alerter l’opinion publique sur le projet de fusion des 3 collèges du « Plateau du Haut Velay granitique».

« Lutter contre la fracture territoriale, c’est préserver le service public »

En introduction, Pascal SAMOUTH, secrétaire général de l’ud soulignait « on a entendu entre les deux tours de la présidentielle les élus pleurnicher sur la fracture territoriale, et aujourd’hui nous sommes confrontés à de nouvelles décisions qui ne peuvent que contribuer à accentuer la désertification. Pour nous l’égalité républicaine à un sens, elle se manifeste par notre défense becs et ongles du service public. Ce n’est pas un hasard, le périmètre choisi pour les collèges fusionnés est celui du nouveau super canton issu de la loi NOTRé, que nous avons combattue. »

« Un projet dicté par le seul souci d’économies budgétaires »

Il revenait ensuite à Fabien BOYER, secrétaire FO des agents du Conseil Départemental de revenir sur l’historique : « nous avons appris cette décision lors d’un Comité Technique. Il s’agirait de ne créer qu’un seul EPLE (Etablissement Public Local d’Enseignement) là où il y en avait trois avec un seul conseil d’administration, un seul budget. Pour les personnels cela peut créer une mobilité renforcée entre les trois sites. Je rappelle que les effectifs du Conseil Départemental ont déjà fondu de 120 agents et que toutes les décisions vont dans le sens de plus d’économies au détriment des personnels et de la qualité du service public. C’est encore cette logique qui guide ce projet ! »

« Une dégradation des conditions de travail »

Pour Benoît BACLE, représentant FO au Comité Technique Académique, versant Education Nationale, « nous avons déposé un vœu contre ce projet de fusion. On nous dit toujours que les établissements vont rester mais partout où de telles décisions ont été mises en place cela a abouti à court terme à des fermetures de collèges. De plus, ces fusions dégradent les conditions de travail des collègues qui sont obligés de se déplacer entre les établissements sans aucune contrepartie. C’est aussi l’occasion pour le ministère de supprimer des emplois en globalisant les effectifs. Par exemple s’il y a trois classes de 6ème à 20 élèves, cela peut faire 2 classes à 30. »

« La mobilisation des personnels est déjà commencée »

Sophie CHAMARD-FOURNIER, professeure dans les collèges du réseau indiquait pour sa part que déjà les personnels enseignants, de vie scolaire, administratifs, ouvriers et de services  à Allègre et Craponne avaient pris position contre ce projet de fusion avec les syndicats FO, FSU et CGT.

« Ce projet est  un danger pour :

  • Nos élèves et enfants: disparition d'un service public de proximité,+ de trajets + de fatigue et + d'élèves par classe, mise en danger des élèves lors des trajets scolaires hiveraux.
  • Les Communes: La mort d'un Collège = La mort de la Commune.
  • Les  Emplois= Impacts économiques sur les communes, moins d'Agents techniques, moins d'enseignants car plus d'élèves par classe.

 Le Réseau du Haut Velay Granitique a été créé pour pérenniser et protéger nos 3 Collèges ruraux et isolés.

Personnels enseignants, administratifs, agents techniques nous oeuvrons tous, depuis plus de 15 années, pour fournir des enseignements de qualité.

Nous n'avons jamais ménagé nos efforts afin de dynamiser le Réseau et de proposer à nos élèves des projets éducatifs ambitieux dans chacun des trois établissements.

Nous refusons que nos efforts  se retournent contre nous et que l'humain soit balayé à des fins économiques.

  • Comment  parler d'amélioration de l'accueil des élèves et des conditions de travail quant il ne s'agit que d'économiser sur des infrastructures essentielles au tissu de notre département ,car réunir 3 établissements en une seule structure sous entend 1 pôle et 2 annexes qui pourront aisément être fermées à l'avenir.
  • Quelles améliorations des conditions de travail quand, ni les personnels eux mêmes, ni le CHSCT D (Comité Hygiéne et Sécurité sur les Conditions de Travail Départemental)  n'ont été ni consultés, ni  informés du projet.
  • Comment accepter un projet qui met en péril une partie de notre département et qui a été pensé sans aucune transparence.

Pour une  vie de qualité dans notre département pour nos élèves et enfants, pour un enseignement public non dégradé, prenant en compte les contraintes de notre ruralité, nous voulons que dans chaque commune du Réseau demeurent les trois collèges d'Allègre a Chaise Dieu et Craponne sur Arzon.

Non à la fusion, Non aux classes surchargées, Non aux risques encourus sur les routes l'hiver, Non à l'augmentation des temps de transports, Non à la division des moyens,

Non à la dégradation des conditions de travail des élèves et de leur bien être ! »

 

« Ce projet, c’est la territorialisation de l’Enseignement Public voulue par la loi Peillon »

Vincent DELAUGE, Secrétaire Départemental du SNUDI-FO soulignait quant à lui : « nous retrouvons là la logique de territorialisation de l’enseignement issue de la loi de refondation de Mr PEILLON et dont nous avons un zélé défenseur en Haute-Loire à la tête de l’Inspection Académique.

Déjà, il a confié à l’Association des Maires de France la gestion de la carte scolaire des écoles, il a avec la municipalité de Brioude procédé à la fermeture de 4 écoles publiques, et voilà que maintenant ce serait le Conseil Départemental qui ferait la carte des collèges ! Cette logique aboutit à une remise en cause du caractère national de l’école et du statut des personnels. Nous n’acceptons pas »

 

« Il faut défendre la vie sur le plateau de la Chaise Dieu »

Le mot de la fin revenait à la cuisinière du collège, présente à la conférence de presse : «  Je travaille à la Chaise Dieu, j’y habite, mes enfants vont au collège ici. Que va devenir le plateau de la Chaise Dieu sans son collège ? »

 

« Une campagne d’information et des rencontres en perspective »

Bien décidés à ne pas en rester là, les syndicalistes FO indiquaient qu’ils demandaient une entrevue au Préfet et au Président du Conseil Départemental pour leur faire part de leurs revendications et que dans le même temps ils lançaient une campagne d’information auprès de la population et des élus pour empêcher ce projet.

Tag(s) : #Service Public, #enseignement

Partager cet article

Repost 0