Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

tms.jpgL’Union Départementale FORCE OUVRIERE organisait, avec le service prévention de la CARSAT Auvergne, une session de prévention le jeudi 4 avril à la Maison pour Tous de Coubon.

C’est Franck GOUGAT, contrôleur de sécurité qui intervient dans le département de la Haute-Loire qui animait cette journée d’information et de réflexion pour laquelle une quarantaine de militantes et militants avaient fait le déplacement.

Elus au Comité d’Hygiène et de Sécurité, délégués du personnel, délégués syndicaux ont « planché », venus de tous milieux professionnels : santé et action sociale, construction, plasturgie, enseignement, grande distribution, territoriaux, papier-carton, métallurgie. Il est vrai que le sujet les concernait tous : la reconnaissance des maladies professionnelles et les troubles musculo-squelletiques.

Les chiffres des accidents du travail en Haute-Loire sont éloquents en 2011. Pour  48467  salariés du Régime Général il y a eu 2122 accidents avec arrêt de plus de 24 h. 182 sont des accidents graves (avec Incapacités Permanentes) et 2 sont des décès .

189 accidents de trajet ont donné lieu à un arrêt, 10 sont graves et 1 a été mortel.

Pour ce qui concerne les maladies professionnelles, les Troubles Musculo-Squelletiques  en sont la première cause en France (75%).

Ils se développent ces dernières années dans tous les secteurs d’activité.

Ils se manifestent par des douleurs récurrentes qui peuvent se situer au niveau des membres supérieurs (épaule, coude, poignet), inférieurs (genou, cheville) et à hauteur de la colonne vertébrale. La pathologie la plus répandue est celle du syndrome du canal carpien. Les tendinites sont également des formes fréquentes de TMS.

Non soignées, ces maladies peuvent engendrer une incapacité de travail et devenir invalidantes.

Les militants ont donc été informés sur la manière d’identifier les causes des TMS dans le travail lui-même (geste répétitifs, mauvaises postures de travail…). A partir de l’analyse de la situation de travail, des moyens de prévention du développement  des TMS, en éloignant le danger du salarié, ont été dégagés.

Lorsqu’un salarié souffre de TMS, il est capital que la déclaration en vue de la reconnaissance en maladie professionnelle ait lieu. C’est pourquoi Franck GOUGAT est revenu aussi dans le détail sur la procédure de déclaration de la maladie professionnelle, qui incombe au salarié.

De nombreux échanges ont eu lieu avec la salle qui ont permis de confronter les pratiques, de répondre à des cas réels.

Pour Joseph DELEAGE, membre du bureau de l’Union Départementale FO de la Haute-Loire qui assurait la responsabilité de la session : «  Une telle journée a son importance par la richesse des informations données et échangées. L’image que l’on donne du syndicalisme, c’est celui de  la défense des revendications et des droits avec les grèves et les manifestations.

Mais on oublie trop souvent que nos militants sont attentifs chaque jour aux conditions de travail de leurs collègues. Ils interviennent pour leur amélioration en obtenant des moyens matériels et humains. C’est un travail obscur, mais qui a toute son importance dans cette période où l’on entend parler que d’économies et de rentabilité. »

Tag(s) : #Défense de vos droits

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :