Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIMA PREFMardi 2 octobre à 9h00, les salariés de chez FIMA se sont rassemblés devant la Préfecture du Puy. Vendredi dernier le Tribunal de Commerce de Douai a mis leur société en liquidation judiciaire, ce qui veut dire que les 111 salariés (ainsi que 65 à Lissieu dans le Rhône) subiront un licenciement économique. Les salariés n'acceptent pas cette décision du Tribunal de Commerce, d'autant plus que les sites de Tence n'ont jamais engendré de perte financière, au contraire.

Le 27 juin, 9 sociétés du groupe MADINVEST, dont FIMA, ont été mise en redressement judiciaire. Depuis le 28 aout, MAC avait déposé une offre de reprise qui englobait toutes ces sociétés, avec 27 licenciements à Tence. En dernière minute (20heures avant l'audience) il a retiré FIMA de ses propositions !

L'autre repreneur potentiel, FUNIREY, proposait quant à lui une reprise de tout le personnel sur toutes les sociétés.

C'est pourtant l'offre de MAC qui a été retenue !

La mécanique est maintenant en marche, les premières convocations à des entretiens préalables à licenciement ont été reçues.   Le CE et le CCE sont convoqués dès le début de semaine prochaine pour donner un avis sur le projet de licenciement collectif, comme chez Lejaby il y a quelques mois. Mais les salariés de chez FIMA n'acceptent pas de se retrouver au chômage. C'est le sens de leur action ce matin chez le Préfet de la Haute Loire qui les a reçus en personne, accompagné du sous-préfet d'Yssingeaux et du Directeur Départemental du Travail.

Le représentant de l'état a été lui aussi "stupéfait" de l'annonce de MAC en dernière minute et de la décision de liquidation qui s'en est suivie. Mais à l'instar des déclarations ministérielles de la veille, il a bien confirmé que "l'Etat n'avait pas vocation à reprendre les entreprises". Il a indiqué cependant que si un projet industriel sérieux était présenté afin de relancer une activité sur le site, l'état pouvait intervenir pour faciliter les choses avec les moyens dont il dispose (OSEO, fonds de chômage partiel...). Il a assuré que tout serait fait dans ce sens pour FIMA, conscient du coup brutal porté à l'économie de tout un secteur du département.

A la sortie de l'entrevue , les représentants du personnel FO ont appelé les salariés à "rester mobilisés pour ne pas se faire oublier".

 

Lire aussi les articles sur zoomdici et 43chrono en cliquant sur les logos ci-dessous

logo 43 chrono

logo-zoomdici

Tag(s) : #Secteur privé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :