Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013 - manif 10 sept1Pari réussi pour cette première manifestation contre la réforme gouvernementale des retraites. 1700 manifestants, soit beaucoup plus que le 5 mars dernier (1000). On notait de fortes délégations militantes des secteurs privé et public, mais également des retraités.

La manifestation, partie de la Place Cadelade a fait le tour du Puy en remontant jus'qu'à la statue de Lafayette pour bifurquer Rue Chaussade et finalement rejoindre la Préfecture où des prises de parole ont eu lieu : Alain Eyraud pour la CGT/FSU puis Pascal Samouth pour FO suivi de Eric Durupt pour  Solidaires.

Une entrevue avait été demandée au Préfet de la Haute-Loire, celui-ci s'était fait représenter, invoquant d'autres rendez-vous. La délégation intersyndicale a donc décliné l'invitation, considérant qu'il s'agissait d'un manque de respect pour les milliers de manifestants.

Voici l'intervention faite au nom de l'Union Départementale FO par Pascal SAMOUTH:

Mes chers camarades,

Nous pouvos être fiers de ce que nous avon réalisé aujourd'hui, nous sommes près de 2000 dans cette première manifestation pour le retrait de la contre réforme du gouvernement. Une nouvelle fois nos organisations syndicales se retrouvent pour manifester et faire grève sur un sujet qui nous tient tous à cœur : la défense de nos retraites.

Le gouvernement de Mr Ayrault a décidé de faire payer une fois de plus la note aux salariés.

Après Messieurs Balladur en 1993, Raffarin en 2003 et Fillon en 2010 il continue, il prolonge, il aggrave les attaques contre nos droits. Et le privé comme le public sont touchés, et de la même manière, contrairement à ce que  veulent nous faire croire les médias et la presse aux ordres.

43 ans de cotisation, ce n’est pas une petite affaire. Cet allongement de la durée de cotisation touche toutes les générations, celles qui partent en retraite aujourd’hui avec la loi Fillon, celles qui partiront en retraite en 2020 avec les premières mesures annoncées dans le projet Ayrault et les plus jeunes, ceux nés à partir de 73, qui les subiront de plein fouet.

Le pouvoir d’achat des retraités n’est pas épargné puisqu’ils devraient voir le montant de leur retraite bloqué pendant 6 mois en 2014, et des avantages fiscaux supprimés.

Alors oui, c’est logique, comme nous l’avons fait en 1993, 2003 et 2010, nous affirmons ensemble : stop à l’allongement de la durée de cotisation, stop à la dégradation des retraites.

Alors oui, c’est logique, comme nous l’avons fait en 1993, 2003 et 2010, nous exigeons ensemble le retrait du plan gouvernemental.

Le gouvernement nous parle d’efforts partagés, mais dès qu’il a décidé d’augmenter de 0,3 % les cotisations employeurs pour les retraites, il leur à promis de supprimer leurs cotisations d’allocations familiales : 5,4% ! Ce serait aux ménages, c'est-à-dire à nous, les salariés et retraités, de payer pour eux si le gouvernement parvient à ses fins!

Quant aux exonérations de cotisation dont bénéficient déjà les patrons, elles s’élèvent à 32 milliards par an, de quoi payer largement le maintien et l’amélioration de nos droits à la retraite !

Alors non, il n’y a pas d’effort partagé ! Parce que dans le même temps le gouvernement augmente aussi nos cotisations mais n’a donné aucun coup de pouce au SMIC, et il continue de geler le point d’indice des fonctionnaires pour la quatrième année consécutive.

Augmenter les cotisations, oui ! Mais la façon la plus simple c’est d’augmenter les salaires.

Augmenter les cotisations, oui ! Mais la façon la plus simple c’est de stopper les licenciements et les suppressions d’emplois.

Salaires, emplois, retraites tout est lié.

La mobilisation d’aujourd’hui est bien un élément d’une lutte d’ensemble contre l’austérité que veut nous imposer l’Union Européenne et que combattent les travailleurs en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie, au Royaume Uni...

Oui, nous pouvons gagner !

C’est au mois de juillet que nos organisations ont annoncé cette journée de mobilisation et le gouvernement a déjà été obligé d’en tenir compte.

Il n’est pas allé aussi loin que le lui demandaient Bruxelles, le MEDEF et même la CFDT.

C’est déjà un résultat du rapport de forces que nous avons commencé à construire. Mais pour nous il n’est pas question pour autant d’accepter de partir à la retraite à 67, 68, 70 ans comme le veut le gouvernement.

Ce que nous exigeons, c’est au contraire le retour à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, c'est-à-dire abroger toutes les contre réformes passées, rétablir le calcul sur les 10 meilleures années dans le privé et revenir dès que possible aux 37 ans et demi de cotisations.

C’est le 18 septembre que le gouvernement doit présenter son projet de loi définitif.

S’il poursuit dans son intention d’allonger la durée de cotisation au lieu de prendre en compte nos revendications, alors oui, il faudra nous engager dans une action résolue pour lui faire retirer son projet. C’est la question de la grève interprofessionnelle qui est posée.

 

Pour voir l'album photo, cliquez ici

Tag(s) : #Vie de l'Union Départementale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :