Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prime décentralisée des Hôpitaux Sainte Marie : une forte mobilisation avec de premiers résultats.
Prime décentralisée des Hôpitaux Sainte Marie : une forte mobilisation avec de premiers résultats.Prime décentralisée des Hôpitaux Sainte Marie : une forte mobilisation avec de premiers résultats.

Ce mardi 5 décembre, les salariés des hôpitaux Sainte Marie ont allumé le feu.

L'association  compte 5 hôpitaux : Clermont Ferrand, Le Puy en Velay, Rodez, Privas et Nice avec plus de 5000 salariés. Depuis plusieurs semaines, les propositions de la direction générale sur la prime annuelle (une sorte de 13ème mois) ne passent pas:  au bout de 7 jour d'absence, un abattement de 1/60ème, c'est à dire plus de prime au bout de 67 jours d'absence.

Pour tous les salariés, c'est inacceptable : pas question d'être sanctionné pour cause maladie !

Une pétition intersyndicale de FO, CGT et CFDT a donc été signée par plus de 2000 salariés et mardi 5 décembre, jour des négociations, ils étaient 600 venus en car de leurs hôpitaux à Chamalières, siège de la direction générale, sauf les niçois qui ont manifesté à 100 sur place.

Compte-tenu des missions de service public de l'hôpital et donc de l'assignation sur place de nombreux personnels, on peut dire que la mobilisation était impressionnante.

Face à l'absence de résultats à 13h, les manifestants ont envahi la salle de négociations avec calme et détermination.

La direction a du en tenir compte : après de longues heures, elle s'est finalement engagée à poursuivre les discussions jusqu'au 31 janvier 2018.

L'accord de 2017 continue de s appliquer jusqu'à cette date.

Elle propose aux organisations syndicales représentatives un accord à signer dont la base  est l'accord signé en 2015 par FO et la CGT :

- abattement de 1/60 à partir du 31e jour d'absence,

- pas d'abattement pour les salariés au minimum conventionnel,

- 50% de la prime maintenus au-delà de 200 jours d'arrêt.

La direction s'engage en plus à garantir l'attribution d'une prime minimale de 1000 € bruts quel que soit le nombre de jours d'absence sur l'année 2018 et à compenser pour l'année 2018 l'impact financier sur la masse des personnels non cadres lié au passage cadre de certains emplois.

La nouvelle réunion de négociation aura lieu le 18 janvier.

Pour Bernadette TAVERNIER, "Sans ce puissant mouvement, nous aurions eu les propositions de la direction qui s'appliquaient à 100%. Nous consulterons les syndicats pour savoir s'il faut signer ou non le nouvel accord lorsque nous l'aurons mais d'ores et déjà on peut dire que la mobilisation a payé...

Nous discutons également sur le paiement de la journée des grève. La porte n'est pas fermée."

Tag(s) : #manifestation, #grèves et manifs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :