Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 8 novembre, les fédérations FO, CGT et Solidaires des Hôpitaux appelaient à une journée de grève et manifestations notamment contre la mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoire, "monstres" issus de la loi Santé de la Ministre Marisol TOURAINE.

Au Puy, ce sont 150 personnels qui se sont rassemblés Rue de Vienne devant l'antenne départementale de l'Agence Régionale de Santé, à l'appel des syndicats FO et CGT.

Notre camarade Bernadette TAVERNIER est intervenue au nom de FO, avant qu'une délégation soit reçue. Elle a conclu ainsi : "Une chose est sûre c'est qu'à l'issue de cette journée, l'absence de réponse de la part de la Ministre de la Santé nous conduirait à prendre les dispositions nécessaires permettant une mobilisation claire dans l'unité la plus large pour aller jusqu'à une manifestation nationale. C'est la proposition que fait notre fédération."

Voici l'intégralité de son intervention.

Ce 8 novembre l'appel  national intersyndical ( FO – CGT et SUD ) à une journée de grève est une première dans la Fonction Publique Hospitalière.

A près avoir combattu la loi Travail et s'être opposé à la loi Santé nous ne pouvons pas accepter la mise en place, à marche forcée, des GHT. Ces Groupements Hospitaliers de Territoire doivent participer à la mise en œuvre de la politique de santé publique dictée par la loi Touraine du 26 janvier 2016 qui aggrave considérablement la loi HPST soit :
3 milliards d'économie  -  22000 suppressions de postes  -  16000 suppressions de lits

La Conférence Territoriale de dialogue social dans laquelle le gouvernement voudrait intégrer les syndicats  est un outil de cogestion pour supprimer les postes ,fermer les lits, mutualiser l'activité, aggraver les conditions de travail des personnels et remettre en cause les acquis sociaux. FO estime que la non-participation de nos représentants permettra de préserver son action indépendante aux côtés des agents pour défendre leur droits et faire aboutir leurs revendications
On connaît actuellement des déserts médicaux libéraux demain on aura des déserts médicaux hospitaliers
Cette logique comptable ne se soucie ni des besoins des établissements ni de l'offre de soins que se doit de proposer aux patients un service public
Ces économies viennent s'ajouter aux innombrables mesures dont nos hôpitaux ont déjà fait l'objet et qui n'ont eu, pour l'heure, aucun effet, si ce n'est d appauvrir davantage les établissements publics

Toutes ses économies rejaillissent inévitablement sur les conditions de travail des personnels et des services
Il est impératif que l'État redonne les moyens budgétaires à nos  établissements pour les maintenir en état de santé.
Il est vain de croire que l'hôpital puisse être rentable toutes les mesures appliquées jusque-là l'ont démontré elles n'ont eu pour résultats que d'aggraver la situation , par exemple
À l'Hopital de Langeac, le service de médecine tourne à moins de 50 % de ses capacités, conséquence directe de la fermeture des 10 lits de Service Soins de Suite et Réadaptation ( SSR), les médecins adressent directement les malades sur Brioude ou Le Puy pour éviter un 1er passage sur Langeac sachant qu'ils devront être mutés dans les 4 jours !

A Craponne, idem, 6 lits de SSR appelés à être fermés au 31 décembre . Cet été en  juillet, 1 Aide Soignante s'est retrouvée  seule pour...66 malades !!

De plus en plus souvent « la procédure dégradée » se met en place quand il manque du personnel..la priorité c'est de faire manger les malades, les toilettes et le lever deviennent secondaires !!!

Au Puy au CHG  Émile Roux

Des conditions de travail de plus en plus difficiles en lien avec les effectifs tendus, les urgences ne sont pas épargnées, les personnels sont à la course permanente avec des changements de plannings fréquents

A la Blanchisserie, commune avec le CH Ste Marie des conditions épouvantables  par

manque de matériels adaptés , le  service tourne grâce aux intérimaires

A l'Hôpital de Brioude la situation est dramatique, on sait que la population de Brioude se tourne vers le CHU pour des questions pratiques, la mise en place du GHT laisse la porte grande ouverte au Secteur Privé !!

Des  Etablissements de la Santé Privée ,à travers les Groupements de Coopération Sanitaire seront de fait intégrés au GHT par exemple

L'hôpital Sainte-Marie a déjà perdu 20  postes en  2015 , il voit son budget amputé de 400000 € cette année pour en partie combler le déficit de la  Sécurité Sociale !

 Des projets sont en cours :

Psychiatrie infanto-juvénile (diminution nette de l'offre de soins : de 7 lits chez les plus petits et 12 chez les adolescents on passe à 8 lits y compris les urgences !!

Service informatique : restructuration avec délocalisation au niveau de Chamalières ( 63)

9 lits sont fermés dans les unités de psychogériatrie depuis plusieurs mois , parfois 4 malades sont accueillis au service  des urgences qui comporte 3 lits... Il arrive couramment qu'on utilise les lits des malades partis en permission...

C'est pour toutes ces raisons que nous sommes venu demander..

L’ Abrogation de la Loi HPST ;

L’ Abrogation de la Loi santé ;

L’ Abandon de la «territorialisation» de l’offre de soins, des GHT et des restructurations ;

L’ Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes ;

La Fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux ;

L’octroi des moyens budgétaires pour permettre aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de titulariser nos collègues contractuels ;

L’ Abrogation des ordres professionnels ;

L’Ouverture de vraies négociations sur les carrières  et les grilles indiciaires ;

Un plan ambitieux de formation initiale et continue ;

            La préservation et le développement d’un service public républicain de Santé sur l’ensemble du territoire garant d’une réelle égalité d’accès aux soins ;

            Le retrait immédiat des articles 3 et 53 du projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2017

            La fin du hold-up sur les fonds de Formation financés par le salaire différé (150 millions en 2016 et 150 millions en 2017, qui constituent les fonds de réserve de l’ANFH). .

Une chose est sûre c'est qu'à l'issue de cette journée, l'absence de réponse de la part de la Ministre de la Santé nous conduirait à prendre les dispositions nécessaires permettant une mobilisation claire dans l'unité la plus large pour aller jusqu'à une manifestation nationale

 

Tag(s) : #grèves et manifs, #hopital

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :