Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

200 agents, citoyens et élus en défense du centre des finances publiques à Saint Julien Chapteuil
200 agents, citoyens et élus en défense du centre des finances publiques à Saint Julien Chapteuil

"Ce n'est pas un baroud d'honneur", "Il ne faut pas lâcher", "Ce rassemblement est un début" : ces expressions revenaient comme un leitmotiv dans la bouche des intervenants - élus locaux et syndicalistes - qui avaient organisé ce lundi 26 septembre, jour de marché, un rassemblement devant le centre des finances publiques de Saint Julien Chapteuil pour lequel une décision de fermeture a été prise au 1er janvier 2017.

Les activités devraient être transférées au centre des finances publiques du Monastier, à plus d'une demi heure de route de certaines communes concernées( "Pour combien de temps?" s'interrogeait un manifestant).

Ce sont donc 200 personnes, agents des finances, simples citoyens qui avaient répondu à l'appel des élus de la communauté de communes et des syndicats FO, CGT et Solidaires des finances publiques.

On notait la présence de plusieurs maires et conseillers départementaux revêtus de leur écharpe tricolore, associant de fait ce symbole républicain à la défense de l'administration des finances publiques.

De nombreux fonctionnaires territoriaux des communes alentours avaient aussi tenu à être là : "le centre des finances publiques nous est indispensable au quotidien" expliquait l'une d'entre eux, "nous leur portons l'argent de nos régies municipales, nous les consultons pour préparer les budgets. Il sont proches de nous. Nous n'avons rien contre Le Monastier. Leur centre a leur place, comme le nôtre."

Le maire de Saint Julien Chapteuil, André Ferret, après avoir remercié les participants s'est exclamé : "Nous sommes à l'ère de l'information et de la communication paraît-il, mais c'est par la presse que nous avons appris la décision de fermeture. On nous fait la même chose pour la gendarmerie et la Poste. Si la ruralité ne se bat pas il ne restera plus rien dans nos communes. Les élus et la population sont contre. Ce rassemblement est un début."

Même tonalité du côté du Président de la Communauté de Communes du Meygal, Raymond Abrial : "Il n'est pas trop tard pour nous battre, aujourd'hui ce n'est pas un baroud d'honneur. Déjà en 2015 les usagers ont été envoyés vers le Puy. On nous a dit qu'il n'y aurait pas de décisions sans notre avis alors nous avons voté dans chacun de nos conseils municipaux des délibérations contre cette fermeture mais personne n'en tient compte !

Les candidats aux présidentielles font de la surenchère sur la casse des emplois publics. Où veulent ils les prendre sinon dans nos communes rurales? C'est une logique qu'il faut combattre. Il ne faut pas lâcher !"

C'est notre camarade Jocelyne Limagne qui prenait la parole au nom des syndicats présents qui avaient préparé une déclaration. Elle rappelait que cette décision s'inscrivait dans la réduction des budgets décidée "par l'Union Européenne, la loi NOTRé et le pacte de responsabilité".

Elle s'inquiétait également de la mise en place de Centres de Services Communs qui va conduire "à une mutualisation de tâches ". Ce serait cette structure départementale qui assurerait "l'essentiel des des missions des comptables publics". Autant dire que le partenariat avec les collectivités locales et le service de proximité ne seraient plus que des vains mots.

Revenant sur l'ensemble des attaques subies par cette administration : fusions de services, réduction du rôle des SIP, SIE et trésoreries comme services de proximité, suppression du numéraire (argent liquide), elle indiquait que "la contraction des services de l'Etat et tout particulièrement ceux de la DGFIP ne peut répondre aux attentes du public, ni à celles des personnels."

"Sans service public de proximité accessible à tous, ce sont les fondements de la République qui sont attaqués. Dans d'autres départements la mobilisation des élus locaux et des personnels a fait annuler des fermetures de trésorerie, alors que les arrêtés étaient signés.

Il n'est pas trop tard pour organiser la résistance ! Que cette manifestation ne soit pas un baroud d'honneur,mais le prélude à d'autres actions, pourquoi pas devant la Direction départementale des Finances Publiques ou à la Préfecture?"

En conclusion, autant les responsables syndicaux que les élus convenaient de demander dès maintenant une entrevue à la nouvelle Directrice Départementale des Finances Publiques pour l'annulation de l'arrêté de fermeture.

Une affaire à suivre...

Tag(s) : #Service Public, #manifestation

Partager cet article

Repost 0