Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réforme du collège: refus collectif des professeurs, avec leurs organisations syndicales, de la formation-formatage

Depuis la rentrée scolaire 2015-2016, et même bien avant au printemps 2015, rappelons que les enseignants du second degré à l'appel de 14 organisations syndicales au plan national _ à l'exception de la CFDT et de l'UNSA qui ont choisi d'accompagner le gouvernement _ continuent à se mobiliser et à agir pour refuser la réforme du collège imposée par le Ministère de l’Education Nationale et ses corollaires : les réunions de formation-formatage.

Il y a eu plusieurs appels à la grève en mai, juin et septembre. Le 10 octobre 2015, il y a eu une manifestation nationale pour l'abrogation de la réforme du collège. Les mêmes organisations appellent les personnels "à ne pas suivre une formation pour mettre en place une réforme [qu'ils combattent] et dont [ils demandent] l'abandon, et [ils assureront] leurs cours prévus à [leur] emploi du temps régulier". Cet appel a été relayé départementalement.

Pour Agnès Chichereau _ Secrétaire départementale du SNFOLC _ « partout où on organise la discussion avec les collègues, en s’appuyant sur l’appel intersyndical départemental et la pétition, le courrier intersyndical à la rectrice et sur les initiatives dans les différents collèges, on aboutit à des prises de position pour le refus collectif des ces réunions de formation-formatage à la réforme ».

Ainsi, par exemple, on peut déjà retrouver des motions-pétitions claires allant dans ce sens :

- Collège Lafayette de Brioude : une cinquantaine de signatures ont été apposées sur la pétition proposée par les syndicats FO, SNES, SNEP, SUD, CGT de Haute-Loire. Celle-ci a été déposée chez le principal, expliquant qu’aucun professeur n’ira à la réunion de formation-formatage sur le « comment bien appliquer la réforme » ce mercredi 4 novembre ; aussi, chacun assurera ses cours. D’ores et déjà, le principal a accepté que les élèves ne soient pas libérés.

- Collège Lafayette du Puy : une AG de 12h40 à 14h, à l’appel de FO, SNES, SNEP, CGT, SUD, a été tenue lundi 2 novembre avec plus d’une vingtaine de participants. La pétition a été adoptée (avec les sections FO, SNES, SNEP, CGT, SUD) et signée par tous les présents ainsi que d’autres collègues qui ont rajouté leurs signatures. Sur les 39 collègues, il y a _ à ce jour _ 33 signatures, soit environ 85% de personnels de l'établissement qui s'opposent ouvertement à cette réforme. La pétition a été portée par les représentants syndicaux mardi 3 novembre à 10h au principal avec la même demande que les collègues du brivadois : "nous voulons assurer nos cours" ! Par contre, le principal avait libéré les élèves (avant les vacances), mais la délégation lui a demandé de faire passer l’information expliquant qu’ils devraient être finalement présents. Preuve en est que la mobilisation paye, puisque le principal a accédé à la demande des enseignants : les élèves seront bien informés qu'ils auront cours ledit jour. Par ailleurs, une lettre aux parents va être faite et distribuée à leur intention, à la sortie du collège.

- Collège de Monistrol : une délégation s’est rendue chez le principal le vendredi 16 octobre et lui a indiqué que les professeurs n’iraient pas à la réunion et le principal a accepté de ne pas libérer les élèves.

- Collège de St Julien-Chapteuil : dans cet établissement, il a aussi été précisé qu’aucun professeur n’ira à la réunion et ils assureront leurs cours.

- Collège de Langeac : comme pour le collège de Monistrol, une pétition a été remise au principal juste avant les vacances.

- Collège de Craponne : une réunion d’information syndicale a été tenue ce jour (mardi 3 novembre).

- Pour les collèges de Retournac, de Sainte-Florine et de Tence, des réunions d'information syndicale sont prévues pour les jours prochains.

Les collègues continuent à rejeter massivement cette réforme et surtout, ils le font savoir ! Attachés à l’enseignement disciplinaire et républicain, ils le sont et ils le restent. FO les soutient et les accompagne pleinement dans leurs démarches et leurs actions, pour rester fonctionnaires d’Etat. Précisons aussi que _ suite à un courrier de la part de l'intersyndicale de Haute-Loire _ Madame Le Recteur a accédé à leur demande en précisant dans sa réponse : « Les personnels concernés, qui ne souhaiteraient pas prendre part à la première vague de formation, pourront assurer leurs enseignements normalement face à leurs élèves ».

Tag(s) : #enseignement, #Service Public

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :